Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Qu'est ce qu'un roman à lire +++

"C'est un roman qu'il faut lire avant de partir au paradis car, là-bas,

 je ne suis pas certain d'y trouver une bibliothèque !​"     Jean-Pierre KUPCZYK

Ce roman figure dans la deuxième sélection du PRIX FEMINA publiée le 29 septembre et dans la première sélection du PRIX NOVEMBRE publiée le 16 septembre.


ANANDA  DEVI

"Le rire des déesses"

aux Editions Grasset


EAN : 9782246827146

EAN numérique: 9782246827153

240 pages, 19,50 euros



"Le roman est un miroir qu'on promène le long d'un chemin" Stendhal 

 


Des bas-fonds de l'Inde où les couleurs des saris trempent dans la misère jusqu'à Bénarès sa capitale spirituelle, Ananda DEVI promène son miroir de romancière dans ce pays de plus de 1,3 milliards d'habitants pour nous parler de la place des femmes et des transsexuelles, le règne des hommes, les folies de la foi, la pédophilie.


Nous le savons, les femmes en Inde ont une position sociale fragile. Alors que dire de Veena qui est une prostituée et de Sadhana qui est une hijra (ni homme ni femme) ? "des rebuts de la société" écrit Ananda DEVI.  L' Inde se divise en castes donc Veena et Sadhana sont au plus bas de l'échelle sociale, des parasites.


Dès le début du roman, le miroir se pose sur Chinti (fourmi), fille de Veena, protégée et mascotte des prostituées de la Ruelle qui est un quartier d'une ville pauvre de l'Uttar Pradesh. "Ainsi, les femmes de la Ruelle passent leur temps libre à l'attirer de leurs chants, de leur voix, de leurs histoires. On dirait qu'ils veulent la bercer de leurs illusions perdues. Et Chinti se laisse faire. Elle a faim de tendresse" (page 52).

 

La figure centrale du livre est cette petite Chinti qui, à neuf ans, décide de se donner un nom (que sa mère n'a pas su lui donner) afin de ne pas être simplement une fille de prostituée, une "ombre", une "absence", mais quelqu'un ! Et c'est sur cette volonté pour une enfant d'exister que Ananda DEVI va délivrer un message : quelque soit le lieu de votre naissance, le statut social de vos parents, votre condition de femme dans une société machiste, vous avez le droit de rêver à un monde meilleur, d'espérer, et de vous battre contre les monstres qui peuvent venir obstruer votre chemin de vie.


Et puisque toute société fabrique ses monstres capables de briser l'élan d'une jeunesse sans horizon, le miroir d'Ananda DEVI se pose sur Shivnath le swami. un homme de Dieu corrompu, qui voudra faire de Chinti sa chose, sa déesse. Mais c'est sans compter sur la fureur de la mère Veena, des amies prostituées et hajris qui vont toutes se muer en guerrières pour la sauver des griffes du monstre. Les femmes, sous la plume de Ananda DEVI parlent : "Nous redécouvrons en nous des puissances trop longtemps oubliées. Une stature, une énergie qui s'accompagne d'une excitation jamais ressentie : celle de découvrir un pouvoir que nous commençons seulement à mesurer". 


L' originalité du livre -qui nous parle d' un monde très pauvre dans lequel circule à la fois les rires, les désirs, les luttes pour survivre- est de prendre comme Narratrice des faits et gestes de la Ruelle une Hidja sachant que les Hidjas dans la société indienne sont stigmatisées et marginalisées. Belle occasion pour l'Autrice d'entrer dans le coeur d'une Hidja chantant Jhumka gira re .


Le très beau roman de Ananda DEVI démontre une fois de plus que la littérature réaliste vaut plus qu'un long discours, que "Le rire des déesses" c'est aussi toutes les femmes du monde en action, "la Liberté guidant le peuple" le tableau d'Eugène Delacroix (1830) déesse mythique qui mène le Peuple à la liberté. 

 

Lecture plus que vivement conseillée ! 


Bonne lecture à toutes et à tous !


Je remercie  les Editions Grasset  pour le service de presse


                                                                                                                                             Jean-Pierre KUPCZYK

"La lecture est une amitié"

Marcel PROUST



"La lecture est importante. Si vous savez lire, alors le monde entier s'ouvre à vous"

Barack OBAMA

"Un livre n'est rien qu'un petit tas de feuilles sèches, ou alors, une grande forme en mouvement : la lecture"

Jean-Paul SARTRE

"La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière"

Louis ARAGON

"Le compagnon le plus fidèle c'es le livre, on peut le lire et le relire quand on veut, il nous accompagne patout ou on va..."

DALIDA

"Une bonne bibliothèque est le trésor des remèdes de l'âme"

Proverbe égyptien

LIRE TOUS LES JOURS :


stimule le cerveau


diminue le stress


améliore les connaissances


accroît le vocabulaire


améliore la mémoire


développe les capacités d'analyses


améliore l'attention et la concentration


améliore la rédaction


tranquillise l'esprit


"Un livre ne prend corps que par la lecture. C'est le lecteur qui lui donne vie, en composant des images qui vont créer ce monde imaginaire dans lequel évoluent les personnages"

Guillaume MUSSO

"La personne, homme ou femme, qui n'éprouve pas de plaisir à la lecture d'un bon roman ne peut qu'être d'une bêtise intolérable"

Jane AUSTEN

"Seule la lecture avec une économie de moyens -juste ce volume dans ma main - crée des rapports neufs et durables entre les choses et moi"

Simone de BEAUVOIR