Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

MON COUP DE COEUR 

Bonjour, Cher(e) Visiteur(se) du Blog

Sur cette page, je vous présente mon livre préféré de ce mois.

Ce livre se distinguera toujours par :

la qualité de son écriture et l'originalité du récit 

(ces deux atouts me semblent devoir se compléter pour faire qu'un livre soit suffisamment exceptionnel pour entrer dans cette catégorie)

"COUP DE COEUR"

EXCELLENTE LECTURE ET AU MOIS PROCHAIN !


MON CONSEIL DE LECTURE

ISBN : 978-2-88927-839-8,  127 pages, 15,00 euros

Editions ZOE - Siège social : Chêne-Bourg (Suisse)

maison d'éditions fondée en 1975

Ce beau livre a toute sa place dans votre bibliothèque.

Commandez-le dès aujourd'hui chez votre Libraire préféré. 

Les Editions ZOE sont diffusées en France et en Belgique 

par Harmonia Mundi

L'AUBE, L'AURORE, LE CREPUSCULE

"Vivre, c'est la chose la plus rare dans ce monde. La plupart des gens ne font qu'exister" disait Oscar Wilde


C'est pour avoir voulu pleinement vivre son Art (la peinture) et ses amours -non seulement exister- que Léopold Robert artiste exigeant à l'oeuvre majeure "L'arrivée des Moissonneurs dans les marais Pontins" ("Mon triomphe, mon tombeau ! gémit-il" (page 38) se donna la mort à Venise le 20 mars 1835 (on parlera de maladie mélancolique ou encore de tristesses maladives). Brisé par la douleur née d'une perpétuelle insatisfaction au regard d'une extrême ambition (et ce malgré une reconnaissance artistique), Léopold Robert a montré combien chez certains la vie représente une lutte pour la domination, une affirmation excessive voire féroce de la Volonté telle que définie par Shopenhauer, c'est à dire le vouloir-vivre... Et ce jusqu'au suicide.

Le narrateur de "La Mort en gondole" livre de Jean-Bernard Vuillème est aux antipodes de Léopold Robert. Il se dit "en pleine crise d'obsolescence", prenant conscience d'une certaine forme d'inexistence entre ce qui fût et ce qui ne sera jamais plus. L'horloge du temps qui passe inexorablement l'invite à abandonner son quotidien et à rejoindre à Venise une étudiante prénommée Sylvia qui s'intéresse plus à la vie de Léopold Robert qu'à sa peinture. Dans sa fuite en avant -comme un animal qui se sent traqué sans savoir vraiment pourquoi- ce narrateur, que Sylvia prénommera Fenice (en référence au célèbre Opéra vénitien), redonnera un souffle à sa vie à l'occasion de deux brèves rencontres féminines dans ce train qui l'emporte vers Venise avant LA rencontre avec cette Sylvia qui apparaît sous la plume de Jean-Bernard Vuillème mi-femme mi-ange. Espoir d'un amour ? "il m'arrive d'éprouver des vertiges de jeune homme" (page 117). 

Mais Lucrère Borgia écrivit :"Brèves sont pour les pauvres hommes les douceurs de la vie". 

Avec "La Mort en gondole" Jean-Bernard Vuillème nous fait écouter la voix des coeurs, nous fait ressentir la violence des sentiments et les passions dévorantes qui peuvent être mortelles. Gondoles, ponts de pierre, vieux palais et musées...Voilà un ouvrage inclassable à la fois roman, témoignage historique et essai littéraire où l'on peut notamment croiser George Sand, Alfred de Musset et, de manière plus inattendue la talentueuse Louise Colet (1810-1876) Poétesse couronnée par l'Académie française en 1835 (elle obtiendra au total quatre prix de l'Académie) qui tiendra salon littéraire très fréquenté au n°2 de la rue Bréda dans le 9ème arrondissement de Paris, devenue depuis 1905 la rue Henry Monnier.

"La Mort en gondole" est un bijou littéraire qui vous donnera certainement l'envie, un jour, de vous rendre à Venise sur les pas de Léopold Robert et, pourquoi pas, de déposer une rose sur sa tombe au cimetière de San Michele. A tout le moins, je me suis fait cette promesse et aussi celle de relire et relire encore ce merveilleux opuscule (127 pages où pas un mot n'est de trop !) de Jean-Bernard Vuillème que je regrette de ne pas avoir lu plus tôt puisque son Editeur annonce une vingtaine de livres publiés.

Je sais, suivant vos témoignages, que vous êtes de plus en plus nombreux à lire ma Chronique mensuelle et donc à suivre ce que j'appelle mes "coups de coeur". Dans la masse de la production éditoriale francophone, ma seule ambition est d'agiter ma lanterne quand, au hasard d'une lecture, je découvre une prose condensée égale aux météores lumineux que sont l'aube, l'aurore et le crépuscule.  Au sens figuré, l'aube est symbole de promesse, de vie, d'espoir... Ce départ de Léopold Robert du cocon familial Les Eplatures une  "journée de fin mai, froide et humide comme on peut en connaître dans le Jura Neuchâtelois" (page 8) pour conquérir le monde. L'aurore, symbole de début, du commencement qui se dessine et dieu sait que l'aurore de Léopold Robert fut lumineuse "lorsque sa grande toile L'arrivée des Moissonneurs dans les marais Pontins, exposée au Salon de Paris et considérée alors comme un pur chef-d'oeuvre de la peinture romantique, lui vaudra la croix de la Légion d'honneur, accrochée à son cou par le roi Louis-Philippe en personne." (page 13). Puis, le crépuscule, ce qui décline, décroît et progressivement disparaît. Aurèle, le frère cadet de Léopold lui organisa des "obsèques d'aurore crépusculaire" écrit Jean-Bernard Vuillème page 112.

Porté par un style magnifique, ce livre "La Mort en gondole" parle de la vie, cette vie qui ne vaut rien mais "rien, rien, rien, rien ne vaut la vie" (Alain Souchon). 

 

                                       Bonne lecture à toutes et à tous!

                                                                                                     Jean-Pierre KUPCZYK

Je remercie les Editions ZOE pour le service de presse.


Jean-Bernard Vuillème

 © JL Cramatte


"La lecture est une amitié"

Marcel PROUST



"La lecture est importante. Si vous savez lire, alors le monde entier s'ouvre à vous"

Barack OBAMA

"Un livre n'est rien qu'un petit tas de feuilles sèches, ou alors, une grande forme en mouvement : la lecture"

Jean-Paul SARTRE

"La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière"

Louis ARAGON

"Le compagnon le plus fidèle c'es le livre, on peut le lire et le relire quand on veut, il nous accompagne patout ou on va..."

DALIDA

"Une bonne bibliothèque est le trésor des remèdes de l'âme"

Proverbe égyptien

LIRE TOUS LES JOURS :


stimule le cerveau


diminue le stress


améliore les connaissances


accroît le vocabulaire


améliore la mémoire


développe les capacités d'analyses


améliore l'attention et la concentration


améliore la rédaction


tranquillise l'esprit


"Un livre ne prend corps que par la lecture. C'est le lecteur qui lui donne vie, en composant des images qui vont créer ce monde imaginaire dans lequel évoluent les personnages"

Guillaume MUSSO

"La personne, homme ou femme, qui n'éprouve pas de plaisir à la lecture d'un bon roman ne peut qu'être d'une bêtise intolérable"

Jane AUSTEN

"Seule la lecture avec une économie de moyens -juste ce volume dans ma main - crée des rapports neufs et durables entre les choses et moi"

Simone de BEAUVOIR

0